Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 19:10


J’avais chanté et dansé toute la nuit, pris cent fois dans mes bras la terre douloureuse et, au lever du jour, je m' étais lavé la face avec le lait de la lune.
 
Je suis allé à la source toute proche pour y boire.
 
Ca c'est passé là.
 
A présent, dans la vallée, les villages s'éveillaient et fumaient. Des aboiements montaient vers moi.
 
J'ai tressailli et je me suis mis à parler
 
mon sang est né
au Pays sans Chiens
à deux pas des sources
du questionnement
il en est le féal
et fleure bon l'époque
 
son chant
s'adresse  aux chiens
 
conçu dans l’infini
il peut être entendu
du plus grand nombre
 
je le tiens des fourmis
que les sbires  envoyaient
prendre le miel  de mes lèvres
pour  tenter de tarir
ma parole
 
mon sang
aujourd’hui est joyeux
 
jeune cependant
il fut de ceux qui courent
sur le fil du couteaux
il  a mémoire du linceul
qu'il porta en ces temps
d'aube blême
de rafles et d'injures
où ça cognait ferme
dans les crosses aortiques
 
mon chant a beaucoup appris
sa bannière est d'ecchymoses
sur fond de casse-tête
 
il est devenu fier
mais il peut être déférent :
il parle chien aux chiens
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

denise michaud 15/04/2011 19:00



je lis et relis ce texte il y a chez toi une grande classe naturelle à redécouvrir à chaque lecture



Présentation

  • : Les Poétiques de C.E.A
  • Les Poétiques de C.E.A
  • : "C’est de la poésie comme je l'aime, crue et odorante en sortant du sous-bois, orfèvre et flexueuse lorsqu'elle travaille son cuir." M.Moreau
  • Contact

Recherche