Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 09:55

Pouvais-tu deviner
qu’elle vivait là
dans l’angle mort du jeu
cachée sous ton coude
aurais-tu imaginé
que le désir la jetterait
haletante
à tes pieds
qu’à deux doigts de ta
main brutale
elle oserait te narguer
fatiguée de danser
vainement
dans ton oeil d'amadou
elle est venue sacrifier
à la perte
requérir le saccage et le feu
le plateau de l’offrande
lui brûle les doigts
son corps tente
d’ouvrir les fenêtres
il étouffe
par la fenêtre
un fragment d’azur
dispense une lumière malade
dans la cuillère
le sucre crépite
roussit et fond
Blanche apparaît
elle est livide
et se met aussitôt à danser
elle tournoie
ses yeux s'exaltent à mesure
qu'elle virevolte
sur les murs de la chambre
des géants mal assurés
titubent et s'écroulent
convié à l’embrasement
toi sur ton frêle esquif blanc
tu as déjà rejoint le soleil

 

CEA

Partager cet article

Repost 0
Published by C.E.A - dans Poêmes
commenter cet article

commentaires

denise michaud 29/09/2011 13:46



sensations ressenties dans un demi sommeil que le poète transforme et nous transporte merveilleusement dans l'imaginaire



Présentation

  • : Les Poétiques de C.E.A
  • Les Poétiques de C.E.A
  • : "C’est de la poésie comme je l'aime, crue et odorante en sortant du sous-bois, orfèvre et flexueuse lorsqu'elle travaille son cuir." M.Moreau
  • Contact

Recherche