Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 11:54

A
comme
angoisse
à l'amorce de la syncope
 
c’est toujours comme ça
 
serait  ce
détail infime
l’annonce de la chute
qui fait s’envoler les étourneaux
ou
incongrue  l’intrusion
du bongo aux grosses lèvres
qui précipite à grands battements
de paumes
des peuples de lemmings
à bas de  mes falaises

loin des tropiques ici
loin du cercle
cependant les ailes brisées
réitèrent ou récidivent
commandent ou infirment
le dernier envol
 
on décolle par  brouillard
pour se crasher par temps clair
 

frères hommes troublants
ah mes frères si touchants
basse crapule qui musardez en moi
les oiseaux volent tête en bas
moi aussi
 
c’est une  perplexité d'avant chute
qui déjà sait
d’avant débâcle
comme celle des bateliers sur la Volga
qui regardent passer sur le fleuve
les premiers paquets de glace
que rien ne retiendra
pas même la courbure de l’horizon
parce qu’il n’est rien à retenir
tout à aimer
et
rien pour se retenir
avant  l'affalement débridé qui va nous emporter
 
point besoin de sang pour mourir
une plaie suffit
certes on mourra mais de quel pied
là est la question

on interroge le ciel

les augures se sont enfuies
l'impitoyable leitmotiv les  effrayait
 
car sera  ce à gauche
que s'initiera la chute
sur le toboggan  des déjections terminales
ou à droite
dans de mêmes puanteurs

tango foutu tango
entre ma tempe de glace et qui brûle pourtant
et mes joues  qui s’embrasent non loin de là
tango fait qu’entre les quatre zyeux des belles
gicle gardel sur Guernica  rasée sur les pubis rasés
de ses mortes
 
à mon cou sanglant colis ficelé de barbelé
je porte terrible amulette un steak argentin
sauce carlos

C.E.A

Partager cet article

Repost 0
Published by C.E.A - dans Poêmes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Poétiques de C.E.A
  • Les Poétiques de C.E.A
  • : "C’est de la poésie comme je l'aime, crue et odorante en sortant du sous-bois, orfèvre et flexueuse lorsqu'elle travaille son cuir." M.Moreau
  • Contact

Recherche